L’action de réparation

L’action de réparation correspond à une volonté réelle de bienveillance pour soi d’abord puis ensuite pour la ou les personnes concernées, sans se mettre en danger pour autant. Tant que des méconnaissances existent sur les raisons de la présence d’une discorde et d’un silence sur une ou des vérités, une protection concrète est toujours nécessaire pour dénouer les nœuds dans son propre environnement.

Le silence n’est jamais de l’action. Il ne fait qu’entretenir l’imaginaire ou l’espoir. Ils ne font qu’alimenter la rancune ou la culpabilité. Pour mettre fin à une discorde il est important qu’il y ait un acte posé pour permettre à soi de marquer son intention de réparation et à l’autre d’exprimer ses ressentis oralement et en toute bienveillance. Tant que l’action de réparation et l’intention de solliciter l’autre en toute bienveillance très concrètement n’existent pas, rien n’interrompt la formation des nœuds.

Le vide se comble toujours des non dits, qui s’enchevêtrent avec l’imaginaire et finissent par former des cordes entremêlés par des nœuds. La volonté de les dénouer passe par le respect de l’autre quel que soit son positionnement sans anticipation de jugement contre quiconque et contre soi également. Une issue de secours est toujours présente quelle que soit la gravité de la situation.

L’équilibre satisfaisant/satisfaisant est toujours l’objectif à atteindre mais de manière réelle, sans intention de nuire à soi-même ou de tirer un profit uniquement pour soi. Les deux positionnements sont toujours identiques bien qu’opposés.

La réalité telle qu’elle existe, sans fioriture ou excuse, est toujours l’axe de direction à garder tout en osant affronter les épreuves avec bienveillance.